2018
Monsieur Pétitwell. Un genio senza importanza
Musée d'archéologie, Adria, Italie​​​​​​​
METTRE DES IMAGES FIXES
A l'invitation du Polo Museale del Veneto, réalisation de 8 installations vidéo dans le musée. Dialogue-confrontation avec les collections d’objets de la vie quotidienne étrusque, grecque, romaine, celte du delta du Pô. Mise en tension entre les temporalités, l'image vidéo d'une silhouette, ses gestes, les traces matérielles, l'évocations de rituels
2017
Pétitwell l'intrépide
Venise, Italie
Commissariat Elisabeth Chambon​​​​​​​
METTRE DES IMAGES FIXES
Ensemble d’installations vidéo déployées lors de la Biennale d’Art Contemporain de Venise dans quatre sites :  
Galleria Giorgio Franchetti alla Ca' D'Oro
Museo di Fisica Anton Maria Traversi
Ancienne glacière - Jardins du BBoscolo Hotel
Casino Venier - Alliance Française de Venise                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
"Expérimenter in situ une distance problématique - un battement stimulant - entre les apparitions lumineuses d’une figure humaine évoquant l’intangibilité et la précision du rêve, et la matérialité des corps, des objets, des constructions présents dans l’espace."
2016
L'idiot et la lune
Maison de la photographie, Toulon, France​​​​​​​
REFAIRE LE MONTAGE ET METTRE DES IMAGES FIXES
« L’idiot et la lune » est une installation conçue comme un passage entre les espaces, qui propose une exploration subjective de la Photographie et du transport des images.                                                                                               La photographie qui arrête et fige, la chambre noire, les photons qui se déversent sur la surface sensible, l’image latente, agrandir, rapetisser, les tâtonnement d’aveugle dans le laboratoire, attendre dans le noir en imaginant et recommencer. Obtenir des images fixes, inventer l’espace où les montrer… Avec les images en mouvement déployer du temps; sable qui s‘écoule, projection sur l’écran, fine peau de l’image qui recouvre, effet de présence.
L’idiot c’est le curieux qui sait douter, qui regarde le point de vue (le Vésuve) plutôt que la vue (la baie de Naples)…Il veut voir dans l’écran-mandorle à la fois l'image et la source.                                                                                              La lune peut-être dans les vanités de Fables.
L'idiot croise les inquiétudes de Monsieur Pétitwell, apparition lumineuse, qui pointe à sa manière aussi la fragilité de l’image et de l’existence.
2014
Monsieur Pétitwell occupe "Occuper le terrain"
Nuit européennes des musées, Musée Géo-Charles, Echirolles, France​​​​​​​
Dans un musée plongé dans le noir, Monsieur Pétitwell rêveur distrait, iconoclaste malgré lui, héros de la photogénie s'installera et occupera le terrain partout et sans relâche. Il se faufilera et viendra détourner et chahuter les lieux et l'exposition "Occuper le terrain".
Performance dans le parc du musée, vidéoprojetée à l'intérieur du musée en incrustation dans une partie de babyfoot.
.
2017
Nuit blanche pour Monsieur Pétitwell suivi de Monsieur Pétitwell reprend tout à zéro
Galerie Contrebandes, Toulon, France
Les rayonnages de la librairie de bandes dessinées, plongée dans la pénombre, et leurs potentialités fictionnelles, ont constitué un support déterminant pour les premières aventures de Monsieur Pétitwell.                                    
Personnage protéiforme, il traverse un monde bricolé d'éléments réels et d'images avec une certaine candeur. Il se sert de la configuration de l'espace pour installer des fictions qui questionnent à la fois son existence en tant que personnage et en tant qu'image, pendant que d'autres vidéos montrées parallèlement, continuent de construire son univers.
METTRE DES IMAGES FIXES ET VIDEO DANS LES LIVRES
2011
Dans l'ombre des papillons de nuit  Parcours d'installations vidéos
Parc des monts d'Ardèche, St Mélany, France​​​​​​​
Visite virtuelle de l'installation telle que l'on pouvait la faire sur mon ancien site. Le parcours s'est déroulé par une nuit sans lune, le paysage était pourtant discernable. La nuit faisant partie intégrante de la proposition, les écrans vidéo et les videoprojections disséminés le long du parcours balisaient et éclairaient le chemin.
La nuit sur les franges d’un paysage qui se laisse désirer, se dérobe, et s’ouvre en paysages intérieurs. Un paysage qui devient la somme de pas, où les images ponctuent et éclairent la nuit du chemin sinueux. Des images pleines de la nuit étoilée qui les entoure, qui construisent des histoires qui échappent. Des images qui conduisent à l’atelier / chambre noire. Là, avant de passer de la nuit au noir, regarder d’où l’on vient, et voir venir vers soi ce qui va produire « l’image » dans l’atelier. Passage d’un dehors à un dedans.Relation de deux nuits, de deux noirs, de deux chambres noires.
2009
Hyperlabo    installation vidéo, sons, minuterie
Cage d'escalier d'immeuble et appartement, Toulon, France
Des éléments de la chambre noire et du laboratoire amplifiés et détournés. La minuterie de la cage d’escalier déclenche le projecteur vidéo en surplomb  : nuée d’oiseaux qui tourbillonne en vortex et vient envahir tout l’espace de l'escalier. Pendant ce temps dans une pièce annexe des images viennent à notre rencontre : panneaux publicitaires sur une autoroute chinoise - rémanences.
2008
Entre chien et loup
La Serre, Galerie de l'ESADSE, Saint-Etienne, France
Vernissage dans une maquette
Deux vernissages ont eu lieu pour l'occasion, l'un dans la maquette de la galerie et l'autre dans la galerie elle-même.
Pour la Serre, dans cet espace propice à condenser, à acclimater, à faire éclore, j’ai eu envie de laisser à hésiter sur la dimension de notre monde, sur les emboîtements d’échelle de nos actes et de nos fables.
REFAIRE LE MONTAGE
1993
Etranges et belles vies
Musée grand angle, Montpellier, France​​​​​​​
Un personnage s’anime, se démultiplie, sur une bâche et répète les même gestes liés au travail, à la recherche. Il explore le « faire » de l’image par rapport à l’existence réelle des objets, leurs ombres, et leur forme que l’on arrive parfois à discerner derrière la bâche. Très proche de la bâche, ils oscillent entre existence réelle et fruit de notre imagination.
2018
Une enfance, des cultures
Bibliothèque Bonlieu, Annecy, France

.Un personnage s’anime, se démultiplie, sur une bâche et répète les même gestes liés au travail, à la recherche. Il explore le « faire » de l’image par rapport à l’existence réelle des objets, leurs ombres, et leur forme que l’on arrive parfois à discerner derrière la bâche. Très proche de la bâche, ils oscillent entre existence réelle et fruit de notre imagination.
Back to Top